|  Documents  |   Témoignages  |   YPIP / PSJP  |   Appel d’offre | Recrutement  |   Nous contacter  |    WAHO@Mail  | HRWeb
  •      
  •    
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •       
  •   
  •        



Actualité

8ème Rencontre conjointe annuelle des responsables nationaux et des partenaires des Systèmes d’Information Sanitaire (SIS) et de la Surveillance Intégrée de la Maladie et Riposte (SIMR) :sous le signe de la promotion du partage et la production de l’information sanitaire de qualité

Du 10 au 13 Octobre 2017, se tiennent à Niamey au Niger, la 8ème Rencontre conjointe annuelle des responsables nationaux et des partenaires des Systèmes d’Information Sanitaire (SIS) et de la Surveillance Intégrée de la Maladie et Riposte (SIMR) de l’espace CEDEAO.

Organisée conjointement par l’Organisation Ouest Africaine de la Santé(OOAS), l’USAID et l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), la rencontre a pour objectif principal de Promouvoir la production, le partage et l’utilisation de l’information sanitaire de qualité, pour orienter les actions à tous les niveaux du système de santé dans l’espace CEDEAO. Après une journée et demi de travaux en session entre les participants la cérémonie d’ouverture de la rencontre est intervenue le 10 octobre 2017, sous la présidence du Ministre de la Santé Publique du Niger, en présence du Directeur Général Adjoint de l’OOAS, le représentant de la Commission de l’UEMOA et l’Ambassadeur des USA au Niger.

Unanimement, tous les intervenants ont salué la tenue régulière de cette rencontre et insisté sur l’utilité la qualité et la disponibilité d’information pour permettre la prise de décision au niveau des pays. Cette nécessité se justifie par la récurrence des épisodes d’épidémies avec leur lots de décès et pertes économiques qui ont affecté la Région Ouest Africaine et qui ont montré la vulnérabilité des systèmes de santé et particulièrement les faiblesses des systèmes d’information sanitaire et de surveillance à détecter et contenir rapidement des urgences sanitaires.

C’est pourquoi, le représentant de la Commission de l’UEMOA tout en réaffirmant la disponibilité et l’accompagnement de son institution sur la question a souhaité que la rencontre de Niamey permette de renforcer la surveillance et et la réponse aux risques sanitaires en particulier au niveau transfrontalier et dans l’amélioration de la coordination des actions de tous les acteurs intervenant dans les domaines de l’information sanitaire, de la surveillance et la réponse aux épidémies.

Pour l’Ambassadeur des USA au Niger, l’OOAS et les pays de la CEDEAO ont, à la faveur de l’épidémie de la maladie à virus Ebola identifié le renforcement des capacités pour la production de l’information sanitaire de qualité comme un pilier fondamental de l’infrastructure de santé. C’est ce qui explique l’investissement du gouvernement Américain à travers l’USAID pour soutenir et maintenir les systèmes d’information sanitaire. Pour l’Ambassadeur Eunice Reddick, la participation des USA à la tenue de cette rencontre est la preuve qu’ils veulent faire de l’Afrique de l’Ouest une région à la pointe de du système d’information sanitaire intégré opérationnel et bien géré pour la production de donnés de qualité.

Cette vision est partagée par le Directeur Général Adjoint de l’OOAS, qui après avoir reconnu engagement individuel et collectif de tous les acteurs à la tenue de cette manifestation a rappelé une réalité au niveau des pays :” notre région reste très vulnérable face aux épidémies et autres urgences sanitaires : en témoigne, la survenue de la maladie à virus Zika dans des pays de la région Ouest africaine, de même que le cas de la récente épidémie de la Fièvre de la Vallée du RIFT au Niger et cette année encore la dingue qui continue d’éprouver des pays dont le Burkina Faso. Ces menaces quasi permanentes rappellent l’urgence de construire des systèmes d’information sanitaire intégrés et plus efficaces tel que nous nous sommes engagés à le faire à l’issue de la rencontre d’Accra en 2015”. Au delà, Dr Laurent ASSOGBA a insisté sur la nécessité de mettre un accent sur l’approfondissement sur les stratégies à mettre en place et les actions efficaces à mener pour assurer la qualité des données collectées par les SNIS, améliorer la production et le partage d’information, l’utilisation systématique des évidences pour la prise de décisions à tous les niveaux des systèmes de santé dans l’espace CEDEAO. De son coté, le Ministre de la Santé Publique du Niger reconnaissant la pertinence du thème de la huitième rencontre conjointe a rappelé la l’exigence de la prise en compte des actions de surveillance épidémiologique et riposte dans la région Ouest Africaine. Il convient de ce fait selon le Ministre Idi Illiassou Maïnassara de conserver les acquis même si l’utilisation systématique des données pour la prise de décision n’est pas totalement maîtrisée.

La réunion de Niamey qui a vocation de se pencher sur la promotion, la production le partage et l’utilisation de l’information sanitaire de qualité à travers l’approche « une seule santé » devra permettre l’adoption de la liste révisée des maladies à potentiel épidémique, l’adoption des stratégies d’optimisation de l’utilisation de la plateforme régionale, le partage des bonnes pratiques et outils d’amélioration de la qualité des données. De même un consensus doit prévaloir sur des priorités en matière de production et partage d’information pour 2018.

Outre le personnel de l’OOAS conduits par le Directeur Général de l’Institution, les participants à la réunion de Niamey sont composés des Responsables nationaux des SNIS, des SIMR et de la santé animale de chaque pays. La rencontre enregistre aussi la présence de nombreux partenaires dont les appuis multiformes ont été reconnus et salués par tous les intervenants.

Régulièrement organisée depuis 2010, la rencontre conjointe a gagné au fil des années de la maturité et de l’importance auprès des pays et connait un plus grand engouement des partenaires à travers des appuis techniques et financiers consistants. Le focus principal de toutes les sessions successives depuis 2010 a porté sur l’organisation et le management des SNIS (définition des politiques, planification stratégique, l’intégration de la gestion des données, la formation du personnel à l’utilisation du DHIS2 comme outil de gestion intégrée de données, etc.).

Moctar Traoré, Po Communication




 

 

Bulletins
épidemiologique

S36/2017

WAHODAY

reconnaissance à l'OOAS