|  Documents  |   Témoignages  |   YPIP / PSJP  |   Appel d’offre | Recrutement  |   Nous contacter  |    WAHO@Mail  | HRWeb
  •      
  •    
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •      
  •       
  •   
  •        



Actualité

L’OOAS appui le Mali dans la prise en charge des cas hydrocèles

Bougouni, Mali, le 9 novembre 2017 – Dans le cadre de la mise en œuvre du projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées au Sahel, le Directeur Général de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) a participé ce jeudi 9 novembre 2017 au lancement officiel des camps de chirurgie de l’hydrocèle dans les districts sanitaires de Kolondieba et de Bougouni, lancement qui a eu lieu au Centre de Santé de Référence de Bougouni.

Ont participé à cette cérémonie le Préfet et le Maire de la ville de Bougouni, les chefs traditionnels, les autorités administratives, les agents de santé des districts de Kolondieba et de Bougouni, la population de Bougouni et le représentant du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique du Mali.

Dans son allocution, le Directeur Général de l’OOAS, Dr Xavier CRESPIN a rappelé l’impact négatif de la filariose lymphatique tant sur le plan économique que social pour l’individu souffrant de la maladie et pour la société toute entière.

Directeur Général de l’OOAS lors de son intervention

Pour lui, « la lutte contre ces maladies doit être considérée comme un pivot pour nos efforts concertés de lutte contre la pauvreté ». C’est donc pour lutter contre la pauvreté dans ce domaine que la Banque Mondiale a décidé de financer le projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées dont la mise en œuvre régionale est coordonnée par l’OOAS, a précisé Dr CRESPIN.

Il a continué son intervention en donnant quelques résultats satisfaisants enregistrés par les trois pays bénéficiaires du projet en l’occurrence le Burkina Faso, le Mali et le Niger dans le cadre de la lutte contre les maladies tropicales négligées et plus spécifiquement au Mali. En effet, avec un taux de couverture thérapeutique d’environ 80% des campagnes 2017 de traitement de masse, plus de quatorze millions de traitements ont été distribués dans les trois pays couverts par le projet dont plus de trois millions six cent mille au Mali.

Le Directeur Général a réitéré l’engagement de l’OOAS à accompagner les pays à développer une médecine de proximité, afin de rapprocher les meilleurs spécialistes ainsi que les meilleurs équipements des malades quel que soit leur situation géographique.

Cet engagement se traduit a précisé Dr CRESPIN par la prise en charge de certaines complications réversibles de la filariose lymphatique telles que le lymphœdème, l’éléphantiasis et surtout l’hydrocèle en plus du Traitement De Masse (TDM) dans le cadre du projet Paludisme et Maladies Tropicales Négligées.

Les camps de chirurgie de l’hydrocèle de Bougouni et Kolondieba sont l’une preuve de cet engagement, a-t-il souligné. L’objectif général des camps qui ont commencé le 6 novembre pour terminer le 13 novembre 2017 est de prendre en charge gratuitement au moins 165 cas d’hydrocèles dans la région de Sikasso.

Ces camps permettront aussi de sensibiliser les populations, autorités, leaders, tradithérapeutes sur les causes de l’hydrocèle ; renforcer les capacités de l’équipe locale de chirurgie sur les directives de l’OMS (technique chirurgicale de l’hydrocèle) ; assurer le partage d’expérience par une équipe régionale d’experts chirurgiens venus du Burkina Faso, du Mali et du Niger.

Le DG/OOAS a terminé son propos en lançant un appel aux leaders traditionnels, leaders d’opinons et toute la population des deux districts de profiter de la gratuité de la prise en charge complète offerte.

Le Conseiller technique du Ministre, Dr KONE Brahima qui a représenté le Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique a présenté la situation épidémiologique des MTN au Mali et les principales actions et stratégies mises en œuvre pour l’élimination de ces maladies. Parmi ces stratégies, figure en priorité la chirurgie de l’hydrocèle. Il a remercié l’OOAS pour avoir décidé d’appuyer la région de Sikasso et le Mali pour la prise en charge des cas d’hydrocèles. Le Dr KONE a également félicité et encouragé les experts venus du Burkina Faso et du Niger pour leur inestimable appui avant de déclarer ouvert les camps de chirurgie pour la prise en charge des hydrocèles.

Le Conseiller Technique du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique lors de son intervention
Le DG de l’OOAS et Conseiller Technique du Ministre de la Santé et de l’Hygiène Publique avec l’équipe régional d’experts



 

 

Bulletins
épidemiologique

S44/2017

reconnaissance à l'OOAS